Paysans

Fondation Copernic

casse_coper_.jpg

 

Travailleur formellement indépendant car de plus en plus sou- mis à l’avidité des groupes agro-alimentaires.

Les paysans français sont d’abord confrontés à une volatilité extrême des prix agricoles et alimentaires, ainsi qu’à une concurrence exacerbée entre producteurs des différents pays de l’Union européenne. Des solutions existent pour endiguer ces deux problèmes. Au niveau européen : harmoniser les règles environnementales, sociales et fiscales de l’UE ; mettre en place des outils de régulation des marchés et de maîtrise des productions ; créer des stocks stratégiques (et non pas seulement des stocks de sécurité alimentaire) ; lier l’attribution des soutiens de la politique agricole commune (PAC) au niveau des prix agricoles. Au niveau international : renégocier les AsA (accords sur l’agriculture) de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) et promouvoir la souveraineté alimentaire…

Tout cela nécessite un engagement des institutions. Qu’a fait l’équipe Sarkozy en ce sens ? Rien ! Pour elle, la régulation, c’est simplement se prémunir contre les effets excessifs du libéralisme, en créant des assurances. Elle a poursuivi le désengagement des pouvoirs publics. Au début de ce quinquennat, Michel Barnier, ministre de l’Agriculture, conscient de la nécessité de soutenir des productions utiles pour notre alimentation et nos territoires, a tenté d’infléchir certaines orientations. Son successeur s’est empressé de les évacuer, comme le souhaitait Nicolas Sarkozy. En témoigne, l’investissement initial dans le Grenelle de l’environnement, suivi quelque temps après de « l’environnement, ça commence à bien faire » (salon de l’Agriculture de 2010). En témoigne aussi la position de l’État dans les négociations sur la PAC, totalement ambiguë entre les annonces et les positions réellement soutenues. Or, les paysans sont confrontés à une mutation d’une ampleur sans doute jamais égalée : raréfaction des ressources fossiles, changement climatique, perte de biodiversité, baisse de fertilité des sols…

L’équipe Sarkozy n’a pas compris que l’agriculture était un enjeu stratégique, et que, l’agriculture, l’alimentation et la santé publique sont intimement liées. Peu visionnaire !

Voir

Adhérer à la Fondation Copernic, pour quoi faire ?

L’indépendance de son analyse, dont dépend la force de la critique, est conditionnée par l’autonomie financière de la Fondation Copernic. Pour produire et diffuser une expertise en rupture avec la doxa néolibérale, monter et mener mobilisations et campagnes, et ainsi peser dans le débat public en rendant visibles et audibles des politiques alternatives, la Fondation Copernic, qui n’existe que par ses adhérents, a besoin de vous et de votre soutien.

 
 
 
notes/bilan/pages/travail/paysans.txt · Dernière modification: 2012/02/21 13:56 (modification externe)
Recent changes RSS feed Creative Commons License Valid XHTML 1.0 Valid CSS Driven by DokuWiki
Drupal Garland Theme for Dokuwiki