Fabris (New)

Fondation Copernic

casse_coper_.jpg

 

Nom de la fonderie de Châtellerault où a eu lieu l’un des bras de fer les plus durs entre les salariés, l’équipe Sarkozy et un grand groupe européen.

Moins d’un an après son rachat par le groupe italien Zen, le 26 novembre 2008, l’entreprise New Fabris est mise en cessation de paiement. Cela signifie 366 suppressions d’emplois. Un plan de sauvegarde de l’emploi doit suivre.

Or, après des mois de tractation, de manœuvres judiciaires et d’action des salariés, le 16 juin 2009, la décision du tribunal de commerce de Lyon tombe : le site de Châtellerault va être fermé. Le lendemain, les salariés manifestent pour négocier une prime extra-légale de licenciement de 30 000 euros. Face à l’inertie politique, à la mi-juillet, ils disposent des bouteilles de gaz, destinées à faire sauter l’usine et gardent les pièces neuves comme un trésor de guerre. Emballement médiatique oblige, le ministre de l’Industrie, Christian Estrosi, se décide à recevoir les délégués syndicaux et déclare : « Je ne suis pas que le ministre de l’Industrie. Je veux que les ouvriers sachent que je suis leur ministre. Je suis le ministre des ouvriers. » Selon ses dires, les constructeurs automobiles se seraient engagés sur les stocks et sur le rachat d’une partie de l’outillage. L’État investirait 1,5 million d’euros pour la revitalisation du territoire, avec une allocation spéciale du Fonds national pour l’emploi pour dix-huit salariés de plus de 56 ans. Chaque salarié signant un contrat de transition professionnelle doit toucher une indemnisation de 17 500 euros. Après de nouvelles tractations, une manifestation forte de 3 500 personnes à Châtellerault le 30 juillet, le ministre de l’Industrie est obligé de passer des promesses aux actes. Le 31 juillet, les salariés de New Fabris votent à bulletin secret : 204 voix favorables au protocole, 24 contre. L’équipe Sarkozy salue immédiatement «le dénouement positif du conflit» et «la sage décision des salariés». Le 26 janvier 2010, l’ensemble des machines et du matériel de bureau est vendu aux enchères.

Voir

Adhérer à la Fondation Copernic, pour quoi faire ?

L’indépendance de son analyse, dont dépend la force de la critique, est conditionnée par l’autonomie financière de la Fondation Copernic. Pour produire et diffuser une expertise en rupture avec la doxa néolibérale, monter et mener mobilisations et campagnes, et ainsi peser dans le débat public en rendant visibles et audibles des politiques alternatives, la Fondation Copernic, qui n’existe que par ses adhérents, a besoin de vous et de votre soutien.

 
 
 
notes/bilan/pages/travail/fabris_new.txt · Dernière modification: 2012/02/21 13:56 (modification externe)
Recent changes RSS feed Creative Commons License Valid XHTML 1.0 Valid CSS Driven by DokuWiki
Drupal Garland Theme for Dokuwiki