Différences

Cette page vous donne les différences entre la révision choisie et la version actuelle de la page.

Lien vers cette vue

notes:bilan:pages:travail:competitivite [2012/02/17 12:52]
gaelle
notes:bilan:pages:travail:competitivite [2012/02/21 13:56] (Version actuelle)
Ligne 1: Ligne 1:
 ====== Compétitivité ====== ====== Compétitivité ======
  
-{{page>:notes:bilan:pre&fullpage}}+{{page>:notes:bilan:pre&fullpage&nouser&nodate&noheader}}
  
 <style left><fs medium>//Impératif selon lequel les salaires et les cotisations socia- les devraient être revus constamment à la baisse.//</fs></style> <style left><fs medium>//Impératif selon lequel les salaires et les cotisations socia- les devraient être revus constamment à la baisse.//</fs></style>
  
-<style justified>+<style justify>
 Dès le début des cinq années de pouvoir de l’équipe Sarkozy, la compétitivité a été un thème récurrent ayant pour fonction de justifier toutes les régressions sociales : la casse du Code du travail, de la retraite par répartition, le démantè- lement des 35 heures…Les 71 « pôles de compétitivité », créés en 2004 sous le gouverne- ment Raffarin (alors que Nicolas Sarkozy était ministre de l’Economie et des Finances) –  soit-disant pour lutter contre les délocalisations, ont vu, en juin 2008, leur reconduction pour trois ans pour un coût de 1,5 milliard d’euros. À cette occasion, le Premier ministre François Fillon a exprimé la philosophie du projet : « L’innovation, c’est la rencontre de trois acteurs : les universités, les organismes publics de recherche et les entreprises. Et le rôle des pouvoirs publics, c’est de faciliter cette synergie. » Traduire : faciliter la subordination de l’Université et de la recherche publique à l’entreprise… Quant à la logique de guerre commerciale prônée au plan international, elle doit s’appliquer sur tout le territoire, dans une généralisation de la concurrence de tous contre tous. Dès le début des cinq années de pouvoir de l’équipe Sarkozy, la compétitivité a été un thème récurrent ayant pour fonction de justifier toutes les régressions sociales : la casse du Code du travail, de la retraite par répartition, le démantè- lement des 35 heures…Les 71 « pôles de compétitivité », créés en 2004 sous le gouverne- ment Raffarin (alors que Nicolas Sarkozy était ministre de l’Economie et des Finances) –  soit-disant pour lutter contre les délocalisations, ont vu, en juin 2008, leur reconduction pour trois ans pour un coût de 1,5 milliard d’euros. À cette occasion, le Premier ministre François Fillon a exprimé la philosophie du projet : « L’innovation, c’est la rencontre de trois acteurs : les universités, les organismes publics de recherche et les entreprises. Et le rôle des pouvoirs publics, c’est de faciliter cette synergie. » Traduire : faciliter la subordination de l’Université et de la recherche publique à l’entreprise… Quant à la logique de guerre commerciale prônée au plan international, elle doit s’appliquer sur tout le territoire, dans une généralisation de la concurrence de tous contre tous.
  
Ligne 17: Ligne 17:
 </style> </style>
  
-**Voir** //@@Voir@@//+**Voir** ////
  
 {{tag>travail}} {{tag>travail}}
  
-{{page>:notes:bilan:post&fullpage}}+{{page>:notes:bilan:post&fullpage&nouser&nodate&noheader}}
  
 
 
notes/bilan/pages/travail/competitivite.txt · Dernière modification: 2012/02/21 13:56 (modification externe)
Recent changes RSS feed Creative Commons License Valid XHTML 1.0 Valid CSS Driven by DokuWiki
Drupal Garland Theme for Dokuwiki