Social (logement)

Fondation Copernic

casse_coper_.jpg

 

Partie du parc des résidences principales en voie de marchandisation. Sa valeur marchande a été fixée à 200 milliards d’euros, au minimum.

La France compte quatre millions de logements sociaux, soit 18 % du parc de résidences principales. Il s’est développé avec retard en France, surtout durant les années 1960 et 1970. Depuis, 50 000 logements sociaux supplémentaires sont réalisés chaque année.

Or, à partir de 2002, les libéraux ont mis sur pied une stratégie progressive de marchandisation du parc social, en évitant les réformes frontales trop visibles, et avec pour perspective des gains considérables. Plusieurs mesures ont été prises en ce sens, et ont bénéficié du soutien d’une partie des bailleurs sociaux - les banques et le patronat ayant désormais la main sur près de la moitié du parc HLM.

D’abord, la loi Boutin de mars 2009 impose la privatisation des offices HLM, dirigés par les collectivités territoriales, qui gèrent l’autre moitié du parc HLM. La même loi oblige les organismes à vendre 1 % de leur parc chaque année et de mettre en place de nouvelles modalités de calcul des loyers, calées sur le marché. Elle menace également de sortir de leur vocation sociale les logements sociaux les mieux situés et de meilleure qualité.

Ensuite, dans le cadre de l’ANRU, la démolition des logements sociaux, aboutissant au déplace- ment des populations les plus précaires, et leur remplacement par des catégories sociales plus aisées, a participé à la marchandisation des terrains.

Enfin, les banques, grâce à une loi de 2009, ont fait main basse sur un tiers de l’épargne populaire, soit 70 milliards d’euros. Elles viennent ainsi fragiliser directement la principale source de financement pour édifier les logements sociaux que constitue le Livret A. L’abrogation de ces dispositions, le rétablissement des aides de l’État, la création d’un service public du logement (pour réaliser 2 % d’HLM dans chaque commune) et la mobilisation de l’épargne populaire sont indispensables pour réaliser les 200 000 à 250 000 HLM par an, et ainsi satisfaire le nécessaire droit au logement.

Voir

Adhérer à la Fondation Copernic, pour quoi faire ?

L’indépendance de son analyse, dont dépend la force de la critique, est conditionnée par l’autonomie financière de la Fondation Copernic. Pour produire et diffuser une expertise en rupture avec la doxa néolibérale, monter et mener mobilisations et campagnes, et ainsi peser dans le débat public en rendant visibles et audibles des politiques alternatives, la Fondation Copernic, qui n’existe que par ses adhérents, a besoin de vous et de votre soutien.

 
 
 
notes/bilan/pages/services_publics/social_logement.txt · Dernière modification: 2012/02/21 13:56 (modification externe)
Recent changes RSS feed Creative Commons License Valid XHTML 1.0 Valid CSS Driven by DokuWiki
Drupal Garland Theme for Dokuwiki