Rail

Fondation Copernic

casse_coper_.jpg

 

Un des nombreux services publics en voie de privatisation.

Les attaques contre le service public ferroviaire et les che- minots n’ont pas commencé en 2007. Il y a longtemps que les gouvernements successifs suppriment massivement les emplois, organisent la privatisation, désorganisent le système ferroviaire. À la SNCF, on ne compte plus les « réformes » entreprises ces vingt-cinq dernières années ; elles aboutissent à une désintégration du sens même du travail des cheminots. Pire encore, la SNCF participe même très activement à la privatisation du secteur ferroviaire dans les autres pays européens, en prenant des parts dans des entreprises privées, qui concurrencent les opérateurs historiques.

En France, ce phénomène-là s’est cependant amplifié sous l’ère de l’équipe Sarkozy. Entre 2007 et 2011, 11 675 emplois de cheminots ont été supprimés. L’entreprise publique renforce aussi la précarité, avec la filialisation de secteurs entiers de la SNCF, le transfert d’activités vers la sous-traitance. Il s’agit de privatiser le secteur fret de la SNCF, privatiser le transport ferroviaire régional de voyageurs, privatiser la maintenance du réseau ferré. Il ne s’agit désormais de restructurer en interne l’entreprise, de plus en plus placée sous le signe d’absurdes rapports clients/fournisseurs, là où il y a besoin de complémentarité… comme le montre un siècle et demi d’histoire ferroviaire ! Quoi qu’on pense des directives européennes et de la nécessité ou non de décider politiquement de ne pas s’y soumettre, il faut relever que rien dans ces textes n’oblige à un tel éclatement. Le trafic fret de la SNCF est retombé au niveau de celui des compagnies ferroviaires en… 1911 !

Quant au transport de voyageurs, retards, suppressions de trains, désertification des gares, ce sont quelques-unes des caractéristiques d’une dégradation que personne ne conteste. Aujourd’hui, la solution pour le trafic régional serait de le privatiser ? Comme cela n’a pas marché pour le fret, on nous propose de faire la même chose pour le trafic de voyageurs…

Voir

Adhérer à la Fondation Copernic, pour quoi faire ?

L’indépendance de son analyse, dont dépend la force de la critique, est conditionnée par l’autonomie financière de la Fondation Copernic. Pour produire et diffuser une expertise en rupture avec la doxa néolibérale, monter et mener mobilisations et campagnes, et ainsi peser dans le débat public en rendant visibles et audibles des politiques alternatives, la Fondation Copernic, qui n’existe que par ses adhérents, a besoin de vous et de votre soutien.

 
 
 
notes/bilan/pages/services_publics/rail.txt · Dernière modification: 2012/02/21 13:56 (modification externe)
Recent changes RSS feed Creative Commons License Valid XHTML 1.0 Valid CSS Driven by DokuWiki
Drupal Garland Theme for Dokuwiki