Latran

Fondation Copernic

casse_coper_.jpg

 

Nom du discours prononcé par Nicolas Sarkozy devant la Curie romaine, le 20 décembre 2007, qui a suscité polémiques et malaises par la remise en cause forte du principe de laïcité que représente son intervention. Les mots seront suivis d’actes : plusieurs mesures prises par l’équipe Sarkozy pendant ce quinquennat ont largement favorisé l’enseignement privé, et parfois au détriment de celui du public.

20 décembre 2007 : C’est au titre traditionnel de chanoine de l’église Saint-Jean de Latran à Rome que Nicolas Sarkozy affirme : « La laïcité n’a pas le pouvoir de couper la France de ses racines chrétiennes. Elle a tenté de le faire. Elle n’aurait pas dû. […] Assumer les racines chrétiennes de la France, et même les valoriser, tout en défendant la laïcité, enfin arrivée à maturité. C’est le sens de ma démarche. » Et concernant l’école :

« Dans la transmission des valeurs et dans l’apprentissage de la différence entre le bien et le mal, l’instituteur ne pourra jamais remplacer le curé ou le pasteur, même s’il est important qu’il s’en approche, parce qu’il lui manquera toujours la radicalité du sacrifice de sa vie et le charisme d’un engagement porté par l’espérance. » En contradiction avec l’esprit de la loi de 1905, Nicolas Sarkozy se détache de la neutralité de l’État à l’endroit de la religion et ose affirmer, en tant que président de la République, que seule la religion peut donner un sens à nos vies et à nos questionnements.

16 avril 2009 : décret sur la reconnaissance mutuelle des grades et des diplômes de l’enseignement supérieur du public et de l’enseignement catholique. Il fait suite au protocole d’accord entre la République française et le Saint-Siège signé le

18 décembre 2008. A ce titre, l’État doit reconnaître les diplômes et grades de l’enseignement catholique privé comme étant « de même niveau ». Autant d’étapes idéologiques et politiques franchies, faisant suite à des attaques contre l’école publique.

La loi Carle, votée en octobre 2009, modifie le financement des écoles privées. Au titre du forfait communal, les maires sont désormais tenus de financer des écoles privées d'autres communes si leurs résidents ont choisi d'y scolariser leurs enfants, et ceci dans quatre cas bien spécifiés : lorsque les parents peuvent prouver que la capacité d'accueil de la commune de résidence est insuffisante, pour des raisons médicales, en cas d'« obligations professionnelles » des parents, ou encore lorsqu'un frère ou une soeur de l'enfant est déjà scolarisé hors de la commune. 5400 écoles sont potentiellement concernées. Elles pourraient recevoir une manne de 500 millions d'euros !

À cela s’ajoutent le transfert de 4 millions d’euros du budget de l’Éducation nationale à celui du privé en décembre 2010 et l’exonération de la taxe foncière pour les écoles privées.

Il s’agit là d’une contestation brutale du socle français de la laïcité qu’aucun dirigeant ne s’est autorisé avant lui.

Voir Comité National d'Action Laïque

Adhérer à la Fondation Copernic, pour quoi faire ?

L’indépendance de son analyse, dont dépend la force de la critique, est conditionnée par l’autonomie financière de la Fondation Copernic. Pour produire et diffuser une expertise en rupture avec la doxa néolibérale, monter et mener mobilisations et campagnes, et ainsi peser dans le débat public en rendant visibles et audibles des politiques alternatives, la Fondation Copernic, qui n’existe que par ses adhérents, a besoin de vous et de votre soutien.

 
 
 
notes/bilan/pages/services_publics/latran.txt · Dernière modification: 2012/02/22 12:09 par michel
Recent changes RSS feed Creative Commons License Valid XHTML 1.0 Valid CSS Driven by DokuWiki
Drupal Garland Theme for Dokuwiki