Burqa

Fondation Copernic

casse_coper_.jpg

 

Voile intégral porté par certaines femmes musulmanes, instrumentalisé par la droite au pouvoir.

En 2009, cinq ans après la loi « sur le voile », 65 députés de droite et de gauche demandent, au nom de la laïcité, de créer une commission d’enquête parlementaire sur ce qu’ils perçoivent comme le développement du port du voile islamique intégral en France (niqab, improprement nommé burqa). À l’automne est lancé un « grand débat sur l’identité nationale ». Impopulaire dès le début, ce débat donne lieu à des dérapages à connotation raciste lors des réunions publiques. Les conclusions de la commission d’enquête sont rendues publiques début 2010.

Malgré deux avis défavorables du Conseil d’État, le gouvernement propose un projet de loi interdisant toutes les tenues « destinées à dissimuler le visage » dans l’espace public. La loi est adoptée à l’automne 2010, après un débat à l’Assemblée nationale occulté par les mobilisations sur les retraites. La majorité des élus de gauche n’a pas participé au vote. Y avait-il urgence à débattre d’une loi sur le niqab ? La police nationale dénombrait environ 1 900 femmes portant le voile intégral… L’opportunité d’une loi d’interdiction du voile a brouillé une nouvelle fois les divisions traditionnelles entre droite et gauche – et créé des divisions entre féministes. Il est pourtant clair que cette initiative a été une aubaine pour la droite. Autant il est impossible de taire la signification du voile intégral – symbole clair de l’asservissement des femmes bien plus que signe religieux, portant atteinte à la dignité humaine comme à l’égalité entre les sexes pour lesquelles luttent les femmes dans le monde entier – autant il est impossible de ne pas voir que la récupération de la laïcité, mise au service de l’« identité nationale », sert de diversion à l’équipe Sarkozy pour détourner le débat des questions sociales. Une telle loi ne combat pas le port du niqab, mais elle risque de transformer en martyrs ces femmes masquées, de renforcer la stigmatisation des musulmans et de favoriser l’amalgame entre islam, fondamentalisme et terroristes potentiels.

Voir

Adhérer à la Fondation Copernic, pour quoi faire ?

L’indépendance de son analyse, dont dépend la force de la critique, est conditionnée par l’autonomie financière de la Fondation Copernic. Pour produire et diffuser une expertise en rupture avec la doxa néolibérale, monter et mener mobilisations et campagnes, et ainsi peser dans le débat public en rendant visibles et audibles des politiques alternatives, la Fondation Copernic, qui n’existe que par ses adhérents, a besoin de vous et de votre soutien.

 
 
 
notes/bilan/pages/securite/burqa.txt · Dernière modification: 2012/02/21 13:56 (modification externe)
Recent changes RSS feed Creative Commons License Valid XHTML 1.0 Valid CSS Driven by DokuWiki
Drupal Garland Theme for Dokuwiki