Mérite (prime au)

Fondation Copernic

casse_coper_.jpg

 

Instrument d’asservissement et de casse du statut de la fonction publique, qui représente un emploi sur quatre en France.

Les traders ont leur bonus, les fonctionnaires leur prime au mérite. Lentement, mais sûrement, l’équipe Sarkozy a bouleversé en profondeur les modes de rémunération de la fonction publique et, partant, son statut et ses principes intrinsèques (égalité, responsabilité, indépendance).

Juillet 2004, Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur, instaure une prime annuelle au mérite pour les policiers, collective (400 euros pour le service) ou individuelle (100 à 500 euros).

Devenu président, la mesure est généralisée à tous les corps de l’État. Officiellement, on veut mettre fin au « fouillis » des indemnités existantes. Dans les faits, il s’agit de contraindre les fonctionnaires à participer à la saignée de leur propre corps.

Instaurée à la fin de l’année 2008, par le ministre en charge de la Fonction publique, André Santini, la prime de fonctions et de résultats (PFR) concerne d’abord les cadres d’État de catégorie A. Deux ans plus tard, la prime est étendue aux chefs de service, directeurs de projets, secrétaires administratifs… pour concerner, d’ici à 2012, les 200 000 fonctionnaires d’État de la filière administrative.

Début 2013, il est prévu que les 2,4 millions d’agents de la fonction publique d’État pourront percevoir une prime d’intéressement, si le service dans lequel ils travaillent est jugé « performant ». Les sommes versées ne viendront pas de rallonges budgétaires, mais d’« économies liées aux baisses d’effectifs ».

On le voit, aucun métier ne doit en réchapper, ni les préfets gratifiés en fonction du nombre d’étrangers reconduits à la frontière, ni le corps enseignant. Décembre 2010, les trente recteurs d’académie voient leur prime devenir variable, et ce quelques mois après que le gouvernement leur a communiqué la douzaine de pistes pour supprimer des postes sur deux ans. Janvier 2011, à la sur- prise générale, Luc Chatel, ministre de l’Éducation nationale, annonce que les chefs d’établissement seraient également concernés par cette mesure, grâce à une prime pouvant aller jusqu’à 6 000 euros tous les trois ans. Ainsi, en plus du recours à marche forcée aux contrats précaires, la prime systématique aura été un outil privilégié par l’équipe Sarkozy pour affaiblir le statut général des fonctionnaires, établi par la loi d’octobre 1946 - l’un des grands textes démocratiques et progressistes adopté au lendemain de la seconde guerre mondiale.

Voir

Adhérer à la Fondation Copernic, pour quoi faire ?

L’indépendance de son analyse, dont dépend la force de la critique, est conditionnée par l’autonomie financière de la Fondation Copernic. Pour produire et diffuser une expertise en rupture avec la doxa néolibérale, monter et mener mobilisations et campagnes, et ainsi peser dans le débat public en rendant visibles et audibles des politiques alternatives, la Fondation Copernic, qui n’existe que par ses adhérents, a besoin de vous et de votre soutien.

 
 
 
notes/bilan/pages/pouvoir_d_achat/merite_prime_au.txt · Dernière modification: 2012/02/21 13:56 (modification externe)
Recent changes RSS feed Creative Commons License Valid XHTML 1.0 Valid CSS Driven by DokuWiki
Drupal Garland Theme for Dokuwiki