Géorgie

Fondation Copernic

casse_coper_.jpg

 

Pays du Caucase, objet de toutes les convoitises militaires et gazières.

La visite de Khadafi à Paris en décembre 2007 a créé un malaise. Quelques mois plus tard, la présidence française du Conseil de l’Union européenne donne l’occasion à Nicolas Sarkozy de se refaire une image de champion. L’actualité en offre le prétexte à peu de frais.

En riposte à une offensive de l’armée géorgienne contre des territoires transcaucasiens au statut contesté, la Russie intervient militairement et défie l’armée géorgienne. La média- tique médiation européenne de Nicolas Sarkozy accouche d’une laborieuse cessation des hostilités, qui met surtout en évidence la faiblesse de l’Europe vis-à-vis de la Russie. La Russie, 6e partenaire commercial de la France, exporte vers celle-ci 26 % du gaz dont elle a besoin. C’est à sa périphérie, en Transcaucasie, que se joue le rapport de force avec la Russie.

Place hautement stratégique des enjeux pétroliers et gaziers de la mer Caspienne, la Géorgie est la pièce maî- tresse des États-Unis et de l’OTAN dans la nouvelle guerre froide engagée dans la région. Sous le prétexte de la lutte contre le terrorisme, l’OTAN installe des bases militaires dans ce pays situé entre la Russie et l’Iran. Il accueillera de surcroît le futur gazoduc Bakou-Tbilissi-Ceyhan (exploité par BP et Chevron), qui doit transporter le gaz de la Caspienne vers la Méditerranée, mais participe déjà à l’instabilité de la région. La Géorgie, qui reçoit une manne européenne de 880 mil- lions d’euros, a multiplié ses dépenses militaires par 14 en cinq ans. Nicolas Sarkozy se rend à Tblissi en octobre 2011, invité par le président Saakashvili, pourtant dénoncé la même année pour ses déplacements forcés de population. Devant la foule géorgienne, il s’est félicité de la volonté de la Géorgie de rejoindre l’OTAN. Applaudi, il dénonce également le non- respect par la Russie des accords de 2008, en omettant de signaler qu’il vient lui-même de signer la vente de quatre bâtiments français de projection maritime et de commandement de la classe Mistral à la Russie.

Voir

Adhérer à la Fondation Copernic, pour quoi faire ?

L’indépendance de son analyse, dont dépend la force de la critique, est conditionnée par l’autonomie financière de la Fondation Copernic. Pour produire et diffuser une expertise en rupture avec la doxa néolibérale, monter et mener mobilisations et campagnes, et ainsi peser dans le débat public en rendant visibles et audibles des politiques alternatives, la Fondation Copernic, qui n’existe que par ses adhérents, a besoin de vous et de votre soutien.

 
 
 
notes/bilan/pages/politique_exterieure/georgie.txt · Dernière modification: 2012/02/21 13:56 (modification externe)
Recent changes RSS feed Creative Commons License Valid XHTML 1.0 Valid CSS Driven by DokuWiki
Drupal Garland Theme for Dokuwiki