Nomination

Fondation Copernic

casse_coper_.jpg

 

« Je veux une République irréprochable…Je veux des nominations irréprochables », Nicolas Sarkozy, avril 2007.

Nicolas Sarkozy a d’emblée confondu sa fonction et celle de DRH de l’UMP, pour le plus grand bénéfice de ses amis ou ceux de son épouse. Aucun domaine n’est épargné : le social, la justice, l’information, la culture, et l’économie, bien sûr. François Pérol, conseiller économique de Nicolas Sarkozy, est nommé directeur de la future deuxième banque française. Jean-Pierre Jouyet, ex-secrétaire d’État aux Affaires européennes, est nommé président de l’Autorité des marchés financiers. Pierre Mariani, ancien directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy, alors ministre du Budget (1993-1995), est nommé à la tête de la banque Dexia. Sans oublier Jean-François Rocchi, reconduit par décret de Nicolas Sarkozy à la présidence d’un établissement public (l’établissement de retraite additionnelle) alors qu’il est renvoyé au même moment devant la Cour de discipline budgétaire pour des irrégularités que lui impute la Cour des comptes dans l’affaire Tapie-Lagarde. Pour mémoire, il est reproché à Christine Lagarde, ancienne ministre de l’Economie et des Finances, d’avoir abandonné, en 2007, la voie judiciaire pour régler un litige concernant la revente d’Adidas en 1993 ; mais également d’avoir renoncé à contester l’arbitrage privé attribuant 400 millions d’euros à Bernard Tapie en 2008, alors que les deux parties avait conclu un accord pour que l’indemnité ne dépasse pas 50 millions d’euros.

Les « proches » ne sont pas oubliés. Arno Klarsfeld, conseiller de Nicolas Sarkozy depuis 2007, est nommé au Conseil d’État en 2010 et dernièrement à l’Office français de l’immigration et de l’intégration. François Baudot, journaliste à Elle et parrain du fils de Carla Bruni-Tedeschi, est nommé inspecteur général de l’administration des affaires culturelles contre l’avis de la commission ad hoc ; ou encore Philippe Val, autre ami de la première dame de France, devient directeur de la radio France Inter.

On est bien loin des objectifs affichés par la réforme constitutionnelle du 21 juillet 2008, la vingt- quatrième et la plus large révision de la Constitution de la Ve République (47 articles sur 89), censée mieux encadrer les pouvoirs du président, notamment son pouvoir de nomination. En réalité, elle n’a fait que les renforcer. Elle a en effet per- mis de politiser la composition du Conseil supérieur de la magistrature. Le pouvoir exécutif a désormais un rôle prépondérant dans la nomination des magistrats les plus importants. De surcroît, Nicolas Sarkozy n’hésite pas, d’ailleurs, à passer outre les avis défavorables éventuellement prononcés par les institutions concernées dans le cadre de leur indépendance juridique. Ainsi, il fait nommer conseiller-maître à la Cour des comptes, le 14 septembre 2011, Cécile Fontaine, conseillère à l’Élysée depuis juin 2007, alors que son président Didier Migaud avait émis un avis défavorable.

Par ailleurs, dans l’audiovisuel public, depuis la loi du 4 février 2009, le président nomme les responsables de chaînes. Mais, déjà auparavant, Christine Ockrent avait été désignée à la tête d’une nouvelle holding de l’information internationale française rassemblant France 24, Radio France Internationale (RFI) et TV5 Monde, alors que son conjoint était ministre des Affaires étrangères.

Seul contre-exemple, dans cette OPA généralisée des « hommes du président », l’abandon de la nomination de son fils Jean Sarkozy à la tête de l’EPAD, l’autorité de gestion de la cité d’affaires de La Défense à la suite d’une campagne de pétitions massive et salutaire.

Voir

Adhérer à la Fondation Copernic, pour quoi faire ?

L’indépendance de son analyse, dont dépend la force de la critique, est conditionnée par l’autonomie financière de la Fondation Copernic. Pour produire et diffuser une expertise en rupture avec la doxa néolibérale, monter et mener mobilisations et campagnes, et ainsi peser dans le débat public en rendant visibles et audibles des politiques alternatives, la Fondation Copernic, qui n’existe que par ses adhérents, a besoin de vous et de votre soutien.

 
 
 
notes/bilan/pages/institutions/nomination.txt · Dernière modification: 2012/02/21 13:56 (modification externe)
Recent changes RSS feed Creative Commons License Valid XHTML 1.0 Valid CSS Driven by DokuWiki
Drupal Garland Theme for Dokuwiki