Môquet (Guy)

Fondation Copernic

casse_coper_.jpg

 

Nom du jeune résistant au nazisme en France que l’équipe Sarkozy a tenté d’utiliser à des fins idéologiques.

Guy Môquet, lycéen et résistant communiste de 17 ans, fusillé par les nazis le 22 octobre 1941, appartient à la mémoire et à l’histoire de notre pays. Avec le groupe Manouchian, Jean-Pierre Timbaud et tant d’autres, il est un des acteurs de cette résistance aux visages et aux nationalités diverses, femmes et hommes attachés à la liberté et à sa défense, conscientes et conscients de l’universalité du combat qu’ils et elles menaient.

En mars 2007, avant même son élection, Nicolas Sarkozy annonce que sa première décision sera de rendre obligatoire dans les écoles la lecture de la dernière lettre de Guy Môquet à ses parents. Sa volonté est de réduire le combat de Guy Môquet à celui d’un jeune Français mort pour la France, alors que, s’il s’agissait, sans aucun doute, d’un acte patriotique, c’était aussi, parmi d’autres innombrables, un acte contre la barbarie, l’oppression et l’« inhumanité ». Rappelons-le, Guy Môquet a été choisi, parmi d’autres, parce que communiste, par un ministre de l’Intérieur du régime de Vichy. C’est l’État français qui le condamne en le livrant à l’occupant.

Cette instrumentalisation de l’Histoire a été largement dénoncée par les historiens, et par les syndicats d’enseignants. Car l’Histoire et son enseignement supposent information, présentation contradictoire et débat, pour que s’exerce la libre décision de chacun de construire son présent et son avenir, à partir des leçons qu’il ou elle tire du passé.

Au final, si cette entreprise d’utilisation de l’Histoire à des fins politiciennes a fait long feu, d’autres ont été menées jusqu’au bout, à quelques mois de la fin du mandat : élévation d’un des généraux putschiste , Hélie Denoix de Saint Marc, à la dignité de grand-croix de la Légion d’honneur ; transfert prévu aux Invalides des cendres du général tortionnaire en Algérie, Marcel Bigeard…

Voir Comité de vigilance face aux usages publics de l’histoire

Adhérer à la Fondation Copernic, pour quoi faire ?

L’indépendance de son analyse, dont dépend la force de la critique, est conditionnée par l’autonomie financière de la Fondation Copernic. Pour produire et diffuser une expertise en rupture avec la doxa néolibérale, monter et mener mobilisations et campagnes, et ainsi peser dans le débat public en rendant visibles et audibles des politiques alternatives, la Fondation Copernic, qui n’existe que par ses adhérents, a besoin de vous et de votre soutien.

 
 
 
notes/bilan/pages/institutions/moquet_guy.txt · Dernière modification: 2012/02/21 13:56 (modification externe)
Recent changes RSS feed Creative Commons License Valid XHTML 1.0 Valid CSS Driven by DokuWiki
Drupal Garland Theme for Dokuwiki