Bling (-bling)

Fondation Copernic

casse_coper_.jpg

 

Terme qualifiant un style et un mode de vie ostentatoires, d’abord propre au hip-hop américain avant de devenir l’attribut d’une certaine droite française.

C’est par ce terme que les commentateurs ont immédiatement qualifié la nouvelle façon d’être président de la République incarnée et revendiquée par Nicolas Sarkozy au moment de son entrée en fonction. Dès le départ, le Fouquet’s, le yacht de l’ami milliardaire, les amis et les amours show-biz constituent symboliquement une rupture, même à droite – Berlusconi plutôt que Pompidou. L’exposition, et donc la revendication, d’un changement dans la hiérarchie des valeurs et, partant, de la valeur. Il fut un temps, récent, où, à tort ou à raison, le personnel politique et a fortiori le détenteur de la « magistrature suprême » devaient être crédités de solides études classiques, se réclamer des « humanités », désintéressées par principe, pour asseoir leur légitimité à conduire l’État et la République, eux-mêmes expressions et garants de la méritocratie sanctionnée par l’école.

Aujourd’hui, il s’agirait d’en imposer par d’autres moyens, financiers cette fois, à bord d’un avion présidentiel entière- ment réaménagé (immédiatement et ironiquement rebaptisé Air Sarko One), par exemple, ou depuis une suite de grand luxe, comme celle réservée lors du dernier G20 à Cannes, en novembre 2011, qui a fait de Nicolas Sarkozy, en pleine crise, le dirigeant le plus dépensier pour son confort personnel – dont certains médias ont chiffré le coût à plus de 37000 euros la nuit.

Sous couvert d’«être soi-même», décomplexé (et peu soucieux de s’embarrasser de la Princesse de Clèves), exhiber des signes ostentatoires de richesse réfléchis par des lunettes de prix envoie dès lors un signal fort, qui dépasse la seule question esthétique. Réussir sa vie, c’est porter une Rolex dès que possible, et avant 50 ans pour ne pas la “rater” (au dire du publicitaire nomade Jacques Séguéla) ; rechercher l’argent, l’accumulation matérielle à court terme. Paradoxalement, ou pas, il y a là une homologie forte avec les clichés que véhicule sa définition de la « racaille » à laquelle, pour croire bien la connaître, l’équipe Sarkozy prétend appliquer la méthode qu’elle comprend en politique. Et en politique, justement, cette vision du monde trouve sa traduction dans les contre-réformes dont cet ouvrage fait le triste inventaire.

Voir

Adhérer à la Fondation Copernic, pour quoi faire ?

L’indépendance de son analyse, dont dépend la force de la critique, est conditionnée par l’autonomie financière de la Fondation Copernic. Pour produire et diffuser une expertise en rupture avec la doxa néolibérale, monter et mener mobilisations et campagnes, et ainsi peser dans le débat public en rendant visibles et audibles des politiques alternatives, la Fondation Copernic, qui n’existe que par ses adhérents, a besoin de vous et de votre soutien.

 
 
 
notes/bilan/pages/institutions/bling_-bling.txt · Dernière modification: 2012/02/21 13:56 (modification externe)
Recent changes RSS feed Creative Commons License Valid XHTML 1.0 Valid CSS Driven by DokuWiki
Drupal Garland Theme for Dokuwiki