Presse

Fondation Copernic

casse_coper_.jpg

 

Media dans lequel des groupes financiers et des amis du pouvoir investissent. 11ème en 2002, 30ème en 2005, 44ème en 2011, c’est l’évolution de la France dans le classement de Reporters sans frontières sur la liberté de la presse

Janvier 2009, Nicolas Sarkozy présente un plan d’aide de trois ans pour la presse, dont l’une des mesures consiste en un doublement de la communication institutionnelle. À cette occasion, il lance, ironique : « J’espère que personne n’y verra une atteinte à son indépendance. » Un quinquennat plus tard, le doute est permis.

D’abord, parce que le pouvoir n’a eu de cesse de rappeler à l’ordre les journalistes. Frédéric Lefebvre, porte-parole de l’UMP, a accusé l’Agence France Presse de ne pas reprendre tous les communiqués de l’UMP ; Nicolas Sarkozy a tancé le Journal du Dimanche ou L’Express pour s’être attribués « la fonction d’opposition » ; Xavier Bertrand, chef de file de l’UMP, dénonce les méthodes « fascistes » de Mediapart au moment de l’affaire Woerth-Bettencourt… Des rédactions, comme Le Point, ont été perquisitionnées.

Pire encore, l’équipe Sarkozy n’a pas hésité à surveiller de près toutes celles et ceux qui se sont intéressés de trop près aux « affaires » du président et de ses amis. La mise en examen de Bernard Squarcini, directeur de la direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), en octobre 2011, éclate comme un coup de tonnerre. En juillet 2010, la DCRI avait notamment enquêté sur un journaliste du Monde pour connaître ses sources dans l’affaire Bettencourt.

Ensuite, parce que le pouvoir a resserré son emprise directe sur les médias. Nicolas Sarkozy n’aura pu se défaire du soupçon autour de sa proximité avec certains magnats, comme

Martin Bouygues (TF1), Arnaud Lagardère ou Vincent Bolloré.

La réforme sur l’audiovisuel public (février 2009), qui permet notamment au président de la République de choisir les dirigeants de France Télévisions ou de Radio France, aggrave encore la situation.

Voir

Adhérer à la Fondation Copernic, pour quoi faire ?

L’indépendance de son analyse, dont dépend la force de la critique, est conditionnée par l’autonomie financière de la Fondation Copernic. Pour produire et diffuser une expertise en rupture avec la doxa néolibérale, monter et mener mobilisations et campagnes, et ainsi peser dans le débat public en rendant visibles et audibles des politiques alternatives, la Fondation Copernic, qui n’existe que par ses adhérents, a besoin de vous et de votre soutien.

 
 
 
notes/bilan/pages/industrie/presse.txt · Dernière modification: 2012/02/21 13:56 (modification externe)
Recent changes RSS feed Creative Commons License Valid XHTML 1.0 Valid CSS Driven by DokuWiki
Drupal Garland Theme for Dokuwiki