Lisbonne (traité de)

Fondation Copernic

casse_coper_.jpg

 

Nouveau nom donné au traité constitutionnel européen, pourtant rejeté par 55% des citoyens lors du référendum du 29 mai 2005.

En signant le traité de Lisbonne à la fin décembre 2007 et en le faisant ratifier au début de l’année 2008 par le Parlement réuni en Congrès à Versailles, Nicolas Sarkozy a commis un véritable déni démocratique. Ce traité est la copie conforme du traité constitutionnel européen (TCE), rejeté par une majorité de Français deux ans plus tôt, et ce contre l’avis de la quasi-totalité des partis politiques et du Parlement qui l’avait auparavant adopté très largement.

Le TCE inscrit dans un texte, auquel on a voulu donner la force symbolique fondatrice d’une « Constitution », un régime économique, le néolibéralisme, et grave dans le marbre ce qui devrait relever du débat public et de la décision des citoyens, les politiques économiques et sociales. Son rejet a été un choc politique pour les classes dirigeantes en Europe.

« Plus jamais ça » telle a été la leçon qu’elles en ont tiré.

Loin d’engager un débat politique pour transformer une Union européenne dont le mode de construction vient d’être rejeté, les gouvernements et les institutions européennes décident de continuer comme avant mais de se passer définitivement des peuples. Le traité de Lisbonne, clone du TCE, est adopté par voie parlementaire dans tous les pays européens (à l’exception de l’Irlande, dont la constitution oblige à organiser un référendum).

Décidé alors que la crise financière est en train de prendre de l’ampleur, ce traité va montrer son inadéquation à la situation. Il a été, heureusement, violé par tous les gouvernements de l’Union européenne et par la banque centrale européenne (BCE) que ce soit, par exemple, en matière des aides d’État aux entreprises, du rôle de la BCE, de la mise en place d’institutions non prévues par le traité. Cette inadéquation a été telle que la révision de ce traité est acceptée par les différents gouvernements. Tout le problème est le sens dans lequel il va être révisé.

Voir

Adhérer à la Fondation Copernic, pour quoi faire ?

L’indépendance de son analyse, dont dépend la force de la critique, est conditionnée par l’autonomie financière de la Fondation Copernic. Pour produire et diffuser une expertise en rupture avec la doxa néolibérale, monter et mener mobilisations et campagnes, et ainsi peser dans le débat public en rendant visibles et audibles des politiques alternatives, la Fondation Copernic, qui n’existe que par ses adhérents, a besoin de vous et de votre soutien.

 
 
 
notes/bilan/pages/europe/lisbonne_traite_de.txt · Dernière modification: 2012/02/21 13:56 (modification externe)
Recent changes RSS feed Creative Commons License Valid XHTML 1.0 Valid CSS Driven by DokuWiki
Drupal Garland Theme for Dokuwiki