Colloque : « L’Etat démantelé »

Michel Vaxès, député communiste, Le Monde diplomatique et la Fondation Copernic organisent, le samedi 27 juin 2009 de 10h00 à 17h00, un colloque intitulé « L’Etat démantelé ».

Dans les débats publics, en moins de vingt ans, les diagnostics alarmistes sur la « crise de l’Etat-providence » (souvent prétextes à procès contre l’Etat redistributeur) ont laissé place à toujours plus d’injonctions à réformer l’Etat. Cette réforme semble d’autant plus légitime qu’y souscrivent, y collaborent, en débattent et s’y retrouvent les plus légitimes des intellectuels, les plus établis des politiques, des sondeurs, des journalistes, voire des syndicalistes.

La « réforme de l’Etat », point de ralliement des élites, est devenue sens commun à la mode dans les écoles du pouvoir, parmi la noblesse d’Etat (de droite comme de gauche) et parmi les « décideurs européens ».

Les budgets consacrés à la promouvoir n’ont rien de commun avec les ressources (modestes) de ceux qui y résistent : là, 45 millions d’euros dépensés par sa direction pour vanter la privatisation de La Poste, ici des appels, des jours de grèves, des réunions publiques…

Les réformes libérales de l’Etat s’effectuent parfois à grand renfort de publicité. Elles sont, le plus souvent, organisées silencieusement. Et ne rencontrent que des protestations sectorielles, peu coordonnées, encore moins médiatisées. Elles passent par tel décret, telle directive, telle circulaire, illisibles, voués à demeurer obscurs et confidentiels, élaborés par des cabinets d’audit privés, dans certains cas.

Quelques-unes de ces réformes ont été rendues publiques (souvent par ceux qui s’y opposent) : privatisation de La Poste, révision générale des politiques publiques, partenariats public-privé, restrictions des budgets de l’hôpital public ou de l’éducation nationale…

La plupart, et parmi les plus structurelles, passent inaperçues (sauf pour ceux qui en affrontent directement les conséquences) : disparition des directions départementales des ministères, réorganisation des services publics sur un mode managérial, démantèlement des statistiques publiques, réforme de la gestion de l’Etat avec la LOLF, paupérisation des services publics pour mieux attester de leur inefficacité, ouverture de la concurrence entre public et privé (comme pour l’ANPE ou EDF…), délégation des missions de service public en sous-traitance, précarisation de l’emploi et des statuts dans l’Etat, refonte des formations des personnels de la fonction publique, etc.

Comment ces réformes ont-elles été rendues possibles ? Comment ont-elles été imposées jusqu’à paraître aujourd’hui « de bon sens » ? Comment au quotidien, dans les services, les fonctionnaires et les usagers font-ils « avec » ? Comment les personnels d’Etat s’adaptent-ils pour s’en accommoder, ou les accommoder — parfois pour attester simplement, auprès de leurs supérieurs, de leur mise en œuvre ? Comment se complique l’exercice des métiers d’Etat et s’intensifie le travail ? Comment également, de proche en proche, changent les missions de la fonction publique et s’avivent les concurrences entre professions en son sein ?

Chacun l’a vécu : pour autoriser, ou à l’inverse contester les réformes de l’Etat, des experts se réunissent, multiplient les colloques. Souvent les mêmes experts. Avec les mêmes effets. En l’occurrence, à peu près nuls.

Nous voudrions, sur ces questions, constituer un autre dispositif où dialoguent, pour conjuguer leurs points de vue et leurs expériences, des fonctionnaires (de toutes catégories), des usagers, des syndicalistes et des chercheurs — tous affrontés aux réformes libérales de l’Etat, mais les appréhendant chacun sous les angles spécifiques propres à leurs fonctions.

Croiser les regards pour regarder plus complètement : c’est le sens de cette rencontre sur « L’Etat démantelé », co-organisée par Michel Vaxès, député communiste, Le Monde diplomatique et la Fondation Copernic.

Podcast audio

  • Interventions du matin (fichier mp3)
    (Michel Vaxès, Serge Halimi, François Denord, Willy Pelletier, Alain Garrigou, Philippe Riutort, Laurent Bonelli - Musique J.-P. Goude)
  • Interventions de la première partie de l'après-midi (fichier mp3)
    (André Grimaldi, Hélène Adam, Noël Daucé, Joëlle Moreau, Sabine Rozier, Edouard Sill - Musique J.-P. Goude)
  • Interventions de la seconde partie de l'après-midi (fichier mp3)
    (Gilles Garnier, Francine Bavay, Jean Christian BILLARD, Gilles Sainati, Frédéric Nayrat, Bernard Lacroix et Clôture de Caroline Mécary - Musique J.-P. Goude)

Programme

Présentation

  • Michel Vaxès, député communiste des Bouches du Rhônes, Mot d’accueil
  • Serge Halimi, directeur du Monde diplomatique, Le grand bond en arrière

Promoteurs et promotions de l’Etat modeste

Comment la « nécessité » d’une réforme libérale de l’Etat est-elle devenue une telle évidence partagée par nombre d’élites d’Etat, de gauche comme de droite ?

  • François Denord, sociologue, CSE-CNRS, Les modernisateurs libéraux
  • Willy Pelletier, sociologue, coordinateur général de la Fondation Copernic, « La crise de l’Etat-Providence, ce succès »
  • Alain Garrigou, politiste, Paris X – Nanterre, « Le moins d’Etat et les nouvelles formations des élites d’Etat »
  • Philippe Riutort, sociologue, Henri IV, « L’expansion du journalisme économique et l’anti-étatisme »
  • Laurent Bonelli, politiste, université de Paris X – Nanterre, et membre de la rédaction du Monde diplomatique, « Un Etat pénal sur les ruines de l’Etat social ? »

Paupérisation de l’Etat et privatisations : des usagers aux clients

A l’image des entreprises qui organisent leur insolvabilité, la noblesse libérale d’Etat orchestre la paupérisation des services publics et la précarisation de leurs personnels, pour plus facilement pouvoir les privatiser.

  • André Grimaldi, professeur de diabétologie, Pitié-Salpetrière, « La mise en péril de l’hôpital public »
  • Hélène Adam, Sud Télécom, représentante des personnels au CA de France Telecom, membre du comité stratégique de France Telecom, « Poste et Télécom, privatisation réalisée et privatisation en cours »
  • Sabine Rozier, politiste, CURAPP, université de Picardie, Les politiques culturelles ou quand mécénat et public se marient
  • Edouard Sill, historien, Les externalisations du Ministère de la Défense

Nouveau management et réorganisation de l’Etat

Privatiser certains secteurs de l’Etat, ce n’est pas seulement les vendre. C’est aussi y imposer les recettes d’organisation et de fonctionnement spécifiques au secteur privé. Retour sur l’imposition du « nouveau management public » dans l’Etat.

  • Noël Daucé, secrétaire général du SNU-ANPE, FSU, La désorganisation du service public de l’emploi
  • Joëlle Moreau, AC! Gironde, La désorganisation du service public de l’emploi
  • Gilles Garnier, Conseil général de Seine-Saint-Denis, Déconcentrations des compétences et centralisations de l’autorité – Directions départementales des ministères et transferts aux collectivités locales
  • Francine Bavay, vice-présidente du Conseil Régional d’Ile de France, Déconcentrations des compétences et centralisations de l’autorité – Directions départementales des ministères et transferts aux collectivités locales
  • Gilles Sainati, magistrat, Syndicat de la magistrature, Les réorganisations de la Justice
  • Frédéric Neyrat, sociologue, université de Limoges, L’Université et la Recherche, enjeux et premier bilan de l’autonomie

Conclusion

  • Bernard Lacroix, politiste, membre de l’Institut Universitaire de France, Logiques des transformations : autorité et marché et mot conclusif de Caroline Mecary, avocate au Barreau de Paris, présidente de la Fondation Copernic
 
 
divers/meetings/colloque_etat_demantele/start.txt · Dernière modification: 2010/11/07 18:44 par stephg
Recent changes RSS feed Creative Commons License Valid XHTML 1.0 Valid CSS Driven by DokuWiki
Drupal Garland Theme for Dokuwiki